Mairie d'Ormesson

Seine et Marne (77)

Un médecin ? : la nuit, appelez le 15

| 0 Commentaires

Ne cherchez pas, en cas d’urgence ou d’incapacité de déplacement, la nuit, le week-end, appelez le 15.

Vous pouvez appeler le 15 aux heures de fermeture habituelle des cabinets médicaux, c’est-à-dire :

  • tous les jours de 20 heures à 8 heures,
  • les dimanches et jours fériés de 8 heures à 20 heures,
  • le samedi à partir de midi,
  • le lundi lorsqu’il précède un jour férié,
  • le vendredi et le samedi lorsqu’ils suivent un jour férié.

 
 
Notre territoire n’est pas couvert par un service de médecin libéral se déplaçant à domicile.

En 2014, la Seine-et-Marne était un très mauvais élève en terme de désertification médicale.
L’INSEE situe même la Seine-et-Marne au 95e rang des départements français, loin derrière le Gers ou la Charente Maritime. Dans le sud du département, la situation est d’autant plus inquiétante que la permanence des soins n’est pas assurée : « 25 % des départs en retraite ne sont pas remplacés, nous dit le président de Sos Médecins Brie-Sénart-Melun-Fontainebleau Jean-Michel Brévier » (citation).
Depuis la situation continue de se dégrader …

 

Nombre de seine et marnais pour 1 médecin généraliste
Seine et marnais Médecin généraliste Habitants pour 1 généraliste
2012 1 353 946 1 529 885
2013 1 365 200 1 511 903
2014 1 377 846 1 497 920
2015 1 390 121 1 493 931
2016 1 401 292 1 477 949
2017 1 412 088 1 437 983
2018 1 422 736 1 405* 1 012
sources INSEE données au 16/01/2018 Ministère de la Santé et des Solidarités – Données statistiques
*Conseil national de l’ordre des médecins

 
On imagine aisément que ces données sont encore plus dégradées sur la région de Nemours. A priori, une vingtaine de médecins généralistes libéraux sont installés pour un bassin de vie de plus de 24 000 habitants, soit environ 1 médecin généraliste pour 1 200 habitants …

Le projet de maison de santé universitaire, à Nemours, porté par la Communauté de Communes du Pays de Nemours, devrait tout prochainement apporter un début de solution au problème de désertification médicale.

Laisser un commentaire